L’association

  1. Description

L’association Béo-neere a été créée en 2013 à partir de l’expérience d’une autre association, l’AGED (Association pour la Gestion de l’Environnement Durable) qui existait depuis 2003. L’AGED s’est constituée autour de Saïbou OUEDRAOGO, qui a été formé par l’agroécologiste français Pierre Rabhi dans les années 1980′ dans le centre de formation en agroécologie de Gorom Gorom, dans le Nord du Burkina Faso. Aujourd’hui, l’association Béo-neeré est présidée par Souleymane BELEMGNEGRE.

L’association Béo-neeré s’inscrit dans la démarche éthique de l’association Terre & Humanisme, qui œuvre à la diffusion des pratiques agroécologiques forgées par Pierre Rabhi et adaptées au contexte local. Pour en savoir plus sur la philosophie, l’histoire et les activités actuelles de l’association Terre & Humanisme, vous pouvez consulter son site internet : http://terre-humanisme.org ainsi que la charte éthique internationale de l’association.

DSC_9415
“Face à un système qui confisque le droit et le devoir des peuples à se nourrir par eux-mêmes, l’agroécologie est une alternative éthique et politique au service de la Vie, un acte de résistance pacifique, pour l’autonomie alimentaire des populations et la sauvegarde de la terre nourricière.” Pierre Rabhi
  1. Raison d’être

Béo-neere signifie en Mooré « avenir meilleur ». Le choix de ce nom pour notre association reflète notre conviction que le modèle agroécologique peut améliorer le sort des paysans au Burkina Faso.

L’association Béo-neere a pour but de promouvoir l’agroécologie sur le territoire Burkinabé, en formant des paysans aux pratiques agroécologiques, en les incitant à abandonner l’agriculture chimique et en les accompagnant durant tout le processus de transition. L’objectif de ce changement de modèle agricole est l’autonomie, l’indépendance financière et la souveraineté alimentaire du paysan.

La diffusion de ces pratiques agroécologiques permet aux paysans d’une part de sortir du cercle vicieux de l’endettement (causé par des produits chimiques de plus en plus chers), et d’autre part de produire des aliments naturels et bons pour la santé. Ainsi, le producteur et le consommateur bénéficient tous deux de ces pratiques, qui respectent également l’environnement et la vie du sol.

  1. Zones d’activités

Les activités de l’association se concentrent principalement dans 4 zones :

  • Ouagadougou : périmètres maraîchers du centre-ville, et les villages environnants (2 animateurs, dont un travaille également à Koupela)

  • Ouahigouya : 9 villages de la province (3 animateurs, soit 3 villages par animateur).

  • Kaya: 6 villages de la province du Sanmatenga (2 animateurs, soit 3 villages par animateur)

  • Koupela : 2 villages de la province (1 animateur, qui travaille également à Ouagadougou)

 

Carte d'intervention de Béonéeré au BF, jpg
Régions du Burkina Faso où Béonéeré dispense de la formation et des suivis en agroécologie.
Advertisements